Elle adore les virées nocturnes

Et réclame les sensations fortes

300 à l’heure au clair de lune

C’est dans la nuit qu’elle me transporte

 

Lorsque je freine quelques instants

Je sens vibrer son clignotant

Alors elle fait crisser ses roues

Et me fait foncer comme un fou

 

Ses pare-chocs en acier chromé

Me rendent fou quand j’y passe la main

Sa carrosserie de cylindrée

Permet même d’y rentrer à cinq

 

Avec ma Plymouth 58, ma Plymouth 58

J’démarre en trombe et elle aime ça

Avec ma Plymouth 58, ma Plymouth 58

Quand je conduis, je me sens roi

 

Lorsqu’elle m’ouvre ses portières

Elle a tout pour me satisfaire

Intérieur cuir, tout rouge et blanc

J’aimerais passer ma vie dedans

 

Ses feux arrières sont rouges et or

Et brillent du soir jusqu’à l’aurore

Elle se lave en station service

En écoutant du Jerry Lee Lewis

 

Quand j’la reluque dans son garage

En moi ça boue, je suis en nage

Quand ses cylindres prennent feu

Ça devient torride entre nous deux

 

Avec ma Plymouth 58, ma Plymouth 58

J’démarre en trombe et elle aime ça

Avec ma Plymouth 58, ma Plymouth 58

Quand je conduis, je me sens roi

 

Parfois je lâche le volant

Et je la laisse prendre les devants

Une fois en position sécure

J’enlève totalement ma ceinture

 

En moins d’un instant, elle rugit

Et je me sens comme dans mon lit

On roule à l’air libre, ça c’est top

Mais quand il pleut, j’mets la capote

 

Avec ma Plymouth 58, ma Plymouth 58

Je la laisse faire et elle aime ça

Avec ma Plymouth 58, ma Plymouth 58

Quand elle conduit, je me sens roi

 

Avec ma Plymouth 58, ma Plymouth 58

Je la laisse faire et elle aime ça

Avec ma Plymouth 58, ma Plymouth 58

Quand elle conduit, je me sens roi

© Jean-Baptiste Gaulier 2021